Evènements

Défilé du 14 juillet à Gap: retour en images

« On n’est pas là pour se faire engueuler
On est là pour voir le défilé
On n’est pas là pour se faire assommer
On est venu pour voir le défilé

Si tout le monde était resté chez soi
Ça ferait du tort à la République
Laissez-nous donc qu’on le regarde sinon,

plus tard, quand (elle) reviendra
Ma parole, nous on reviendra pas
« 

Boris VIAN

Contrairement à l’idée couramment admise, le défilé militaire n’est pas exactement en rapport avec la Révolution de 1789 mais avec le redressement de l’armée après la défaite de 1870. Ce sont les bals et le feux d’artifice qui sont le symbole du peuple prenant la Bastille. C’est à partir de 1880, qu’il est décidé (par les gens qui décident… Comme c’est souvent le cas) que l’armée défilera ce jour et, à de rares exceptions (comme pendant l’occupation), en gros, c’est depuis devenue une tradition.

C’est un rendez-vous toujours populaire et malgré les restrictions sanitaires, il y avait un peu de monde. Lorsque mon rédacteur en chef m’a obligé (si ! il m’a forcé ! ) de couvrir le défilé, j’avoue que j’ai eu un peu peur… C’est un peu comme mettre un poisson dans une mare au diable au milieu d’un champ de citron moi qui n’ai pas fait le service militaire mais un service civil (nous consacrerons un article bientôt sur le SNU obligatoire qui sera adopté dans quelques temps), qui considère que sur le plus beau trône du monde on n’est jamais assis que sur son cul et qui ne sait pas faire la différence en un militaire et un musicien de la fanfare… C’était risqué.

Ce qui est toujours frappant dans ce genre de cérémonie protocolaire, c’est le manque de joie d’être là des défilants… La peur, le stress… Je ne sais pas, mais il y a une rigueur qui pourrait être revue et se décontracter un peu… ça ne gâcherait rien. L’autre chose qui m’a frappé, c’est le peu de femmes présentes dans les corps militaires et pompiers. Et enfin… La dernière chose est l’absence des soldats dits de premières corvées de la dernière guerre en date: celle contre la Covid 19.

Contrairement à la Police nationale et les pompiers, les militaires n’ont toujours pas la liberté d’expression ni de représentation syndicale. Ce ne serait pourtant pas un luxe au vu des conditions souvent précaires dans lesquelles ils sont amenés à vivre et intervenir et un militaire est aussi parfois parent, époux-se… Et les conditions de mutations pourraient se discuter puisque, désormais, depuis la fin du service militaire, nous avons ce qu’on nomme « une armée de métier »… Et qui dit métier, dit code du travail.

Cette cérémonie a aussi été l’occasion de décorer 4 soldats pour leurs actes de bravoure au Mali où la France est en guerre contre l’Etat islamique et pour, également, protéger la « route de l’uranium » au Niger et aussi parce que des entreprises françaises (Total, pour ne pas la citer, en fait partie) ont signé des accords avec le gouvernement malien pour des mines d’extraction d’or.

L’armée française a également prêté main forte pendant le confinement en installant des hôpitaux de campagne dans la Région du Grand Est. Elle a pour première mission de protéger le sol et le ciel national en cas d’attaque ou de menace extérieure.

Etaient présents à la cérémonie, les maires des communes, et plein de gens qui avaient l’air très important et la République représentée par La sénatrice Patricia Morhet-Richaud et la Députée Pascale Boyer.

Dans les hautes-Alpes nous n’avons pas de marin, donc pas de pompon à toucher pour se porter bonheur mais des chasseurs alpins… Mais ils n’ont pas de pompon ! Alors on ne touche rien (non mais !).

Leo Artaud

Allez… Les images

(© copyright Leo Artaud-AARimages)

Cliquez sur la première photo pour ouvrir le diaporama et avoir les images plus grandes.

Print Friendly, PDF & Email

Catégories :Evènements, France-Monde