A la UNE

Economie sociale et solidaire: La base du monde d’après…

L’ESS, c’est son petit nom, c’est comme le bio… ça devrait être la norme. Qualifié dans les strates comme étant le tiers secteur après l’économie privée lucrative et le secteur public, cette forme d’organisation d’entreprise réunie pourtant les meilleurs aspects de l’un comme de l’autre. Elle unie à la fois les associations, les coopératives, les sociétés mutuelles, elle est également un pilier du commerce équitable et « ethiquable » (sic). AMAP, SCIC, SEL, Entreprises d’insertion, associations loi 1901 de tous secteurs, elle a pour objectif de placer l’humain dans le travail comme dans la finalité de son travail au coeur de son ossature. Le second aspect, et non des moindres, est le maillage territorial qui en fait un acteur local majeur.

Depuis 2005, les Hautes-Alpes ont la chance d’avoir une structure modèle unique en son genre: l’UDESS 05. Il existe d’autres organisations départementales et régionales (CRESS) mais le 05 s’est doté d’un outil qui va plus loin et accompagne ses adhérents, qui représentent 20 % de l’emploi local, (associations mutuelles, coopératives) avec pour projet de « fédérer les forces (…) pour qu’elles travaillent ensemble. » selon son secrétaire général Yves Gimbert.

Le 31 juillet 2014 est votée un loi cadre importante qui va définir les contours précis de l’ESS en France:

« L‘économie sociale et solidaire est un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine auquel adhèrent des personnes morales de droit privé qui remplissent les conditions cumulatives suivantes :
1° Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices ;
2° Une gouvernance démocratique, définie et organisée par les statuts, prévoyant l’information et la participation, dont l’expression n’est pas seulement liée à leur apport en capital ou au montant de leur contribution financière, des associés, des salariés et des parties prenantes aux réalisations de l’entreprise ;
3° Une gestion conforme aux principes suivants :
a) Les bénéfices sont majoritairement consacrés à l’objectif de maintien ou de développement de l’activité de l’entreprise ;
« 

Pendant le confinement, l’UDESS va jouer un rôle important dans l’accompagnement de ses adhérents en faisant le lien entre les aides de l’état et les entreprises solidaires. Elle va, également, apporter un soutien moral et humain aux petites structures qui se retrouvent privées d’activités et sans capacité de projection sur leur avenir à court et moyen terme. Cet effort va être suivi d’un meilleur accompagnement de la Région qui va mettre en place des outils, des modules pour tenter de sauver ce qui peut l’être. D’après son Président, Jean-Claude Eyraud, il est trop tôt pour connaître l’étendue des dégâts et les aides de l’état, même si elles sont conséquentes, manquent de lisibilité et de réactivité.

Le 15 mai dernier, l’UDESS 05 a fait la première partie de son assemblée générale (la seconde est prévue en octobre et concernera la nomination des prochains administrateurs). Cette AG avait pour mission de faire un premier bilan des actions pendant la crise et de lister les différents modules mis en place pour accompagner ses 80 adhérents (Un adhérent peut être tête de pont de plusieurs dizaines comme c’est le cas du Comité départemental des organisations sportives).

Il s’agit aussi de passer à la vitesse supérieure et de faire de l’économie sociale et solidaire un partenaire, ad-minima, égal au secteur privé. A l’heure où tout le monde comprend que le « relocalisation de l’activité » n’est pas une utopie, ni une lubie, mais une nécessité à la fois pour faire face aux crises sanitaires ou autres mais aussi pour accompagner et tendre vers la transition humaine et donc écologique de notre système d’entrepreneuriat. Ce n’est plus une simple alternative mais bien une voie d’entrée vers un nouveau mode de développement du territoire. Le principal reproche de l’économie capitaliste privée est que l’ESS est subventionnée et vit de fonds publics. Cependant, le privé vit aussi de fonds publics par le jeu des niches fiscales, des récupération de taxes, et, également, de l’argent des clients qui, pour une part importante, relève également de la redistribution et donc du pot commun. C’est donc un faux « procès » d’autant plus injuste que la liberté d’entreprendre est mieux garantie par l’ESS puisqu’elle ne soumet pas le créateur d’activité au seul bon vouloir du banquier. De plus l’économie sociale génère aussi des bénéfices, de l’emploi et assure la redistribution à un niveau bien supérieur à celui de l’économie purement privée. Elle affiche également un taux de croissance mondiale de plus de 20%… Ce qui est loin devant toutes les autres formes d’organisation.

Dans un monde qui ne marcherait pas sur la tête, le tiers ou le quart secteur, serait l’économie privée. , le secteur public et, en tête , l’économie sociale ET solidaire. TRyfil, dans le Tarn, démontre également qu’on peut tout à fait développer de l’éco-industrie sur ce modèle. Il n’y a donc pas de limites sectorielles et la différence se joue sur la participation et la redistribution qui ne va plus seulement dans la poche de quelques-uns mais bénéficie à tout le monde.

Liberté d’entreprendre, gestion démocratique, propriété mutuelle et collective, maillage territoriale, solidarité, intérêt général et… Economie ne sont donc plus un domaine d' »indiens » mais bien une base nouvelle qu’il faut instituer comme organisation conventionnelle. C’est le grand défi des années à venir et l’UDESS 05, réjouissons-nous, est un acteur sérieux et solide.

Si vous êtes jeunes (de tous âges, car la jeunesse est un état d’esprit, n’est-il pas?) et que vous avez soif d’indépendance et d’entrepreneuriat, l’ESS est bel et bien le monde d’après, la voie moderne, le terrain le plus favorable à la création d’activité, d’entreprise. Elle est l’évolution naturelle pour passer du vieux monde à celui d’une espérance constructive et concrète sur le plan économique.

Retrouvez toutes les données, les modules, les aides, sur l’excellent site mis en place par Yves Gimbert : UDESS 05

Leo Artaud

Print Friendly, PDF & Email

Catégories :A la UNE