Mouvement social et luttes

Gap: « Le choix de la répression politique »

C’est durant le confinement que Roger Didier à décidé de terminer son précédent mandat par une plainte contre un militant responsable syndical. Il est reproché à ce dernier d’avoir tagué les numéros d’urgences 3919 contre les violences conjugales, le sms d’alerte aux pharmacies 114 et le 119 contre les violences faites aux enfants et un petit rappel: «  L’ordonnance qui faut : Tout le fric au services publics, Pas 1€ aux actionnaires« .

Archives LNC: Manifestation contre les violences faites aux femmes le 23 novembre 2019 (© copyright Leo Artaud)

Considérant que, durant cette période particulière, ces numéros étaient trop peu relayés par la presse locale et les institutions, Joël Brochier, militant féministe et secrétaire départemental syndical Solidaires 05 a décidé de faire acte d’utilité publique en les rendant visibles sur des panneaux d’affichage libre et quelques marquages au sol.

Joël Brochier entonne « l’Hymne des femmes » (archives NC © copyright Julien Royer)

Il ne s’est pas caché pour le faire, même à deux pas de la Préfecture, considérant qu’il s’agissait là d’un acte de solidarité que d’informer les gens confinés et mal informés par les vecteurs sensés faire le job. Après tout, l’information d’utilité publique n’est pas un domaine réservé et qu’un syndicaliste prenne ses responsabilités est aussi de son rôle… Mais le maire ne l’entend pas ainsi et porte plainte pour « dégradations légères », ce qui peut coûter très cher.

Un appel à soutien est lancé pour le 9 juin prochain devant le Tribunal de Gap à partir de 08h00 (en respectant les gestes protecteurs et les espaces physiques).

La Préfecture, quant à elle, a mis en garde les citoyens se rassemblant devant les hôpitaux tous les lundis à 20h00.

L.A

communiqué de presse – procès du 9 juin 8h30 

Pendant la période de confinement, le secrétaire départemental de l’union syndicale Solidaires 05 a fait l’objet d’une plainte de la municipalité de GAP pour avoir inscrit à la peinture, sur un panneau municipal d’affichage « libre » et sur le bitume du parking devant le tribunal, des messages contre les violences conjugales, lutte déclarée grande cause nationale dans le quinquennat Macron

Dans ce contexte particulier, Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes annonçait une hausse de 36% des signalements en gendarmerie pour violences conjugales. Le gouvernement mettait également en place des dispositifs de renforcement, durant le confinement, pour combattre les violences conjugales (possibilité de signalement dans les pharmacies et mise en place du 114 par SMS). Ces dispositifs étant très peu relayés dans les médias locaux et aucunement par les administrations locales, notre camarade, dans son message inscrit à la peinture, rappelait les numéros d’appel 3919, le nouveau numéro 114 et le 119, numéro d’enfance en danger. 

Ce militant est connu pour être actif dans les luttes et engagé dans le combat féministe depuis de nombreuses années, mais également comme un opposant de longue date aux politiques du maire de Gap. En portant plainte, la mairie de Gap fait le choix de la répression politique en engorgeant encore un peu plus la justice. Cette justice qui pourtant n’a cessé de se durcir envers le monde militant ces derniers temps, a seulement qualifié les actes faisant l’objet des poursuites de « dégradations légères ». Avec 151 féminicides en 2019, le message porté relève pourtant bien de l’utilité publique. Malgré tout, l’auteur des faits encourt 5 ans de prison et 75000 euros d’amende. Le refus du prélèvement ADN de la part de ce militant peut être considéré comme un nouveau délit qui pourrait s’ajouter à sa peine. 

Pour l’égalité femmes hommes, contre les violences conjugales et la répression militante, nous appelons à nous rassembler devant le tribunal de Gap le 9 juin à partir de 8h en soutien à notre camarade (sans négliger les gestes de précaution sanitaires)

Solidaires 05

Print Friendly, PDF & Email