Vie municipale

Roger Didier réélu

Le suspens était insoutenable et haletant comme dans un film de Rivette. On s’attendait à ce qu’il se passe quelque chose hier soir au Quattro pour la mise en place du Conseil municipal et l’élection du maire et des adjoints et on n’a pas été déçu… Il ne s’est rien passé !

Mise en place du Conseil municipal et de la désignation du nouveau ancien maire Roger Didier au Quattro (photo: Leo Artaud)

Ah si… Telle une intrigue à la Derrick, accrochez-vous, le groupe Ambitions pour Gap a refusé de prendre part au vote. Considérant que le scrutin n’a pas été conduit dans la sérénité, La tête de liste, Charlotte Kuentz, a prise la parole:

« Chers collègues, il est clair que le maire qui sera choisi suite au vote de ce jour sera peu légitime car mal élu. Il n’aura pas la base d’adhésion suffisante pour revendiquer la confiance de nos concitoyens. Dans ce contexte, il aurait été raisonnable de réorganiser ce scrutin pour permettre à tous les électeurs d’exercer leur droit démocratique.

Le choix des autorités n’a pas été celui-là.  Jusqu’à ce que le Conseil d’État ou le Conseil Constitutionnel en décide potentiellement autrement, le Conseil municipal de notre ville va être installé et le maire et ses adjoints désignés.

Nous ne souhaitons pas accréditer ce choix et ne présenterons donc pas de candidats aux différents postes de l’exécutif municipal. Nous ne prendrons pas non plus part au vote à l’élection du maire et des adjoints.

Nous le faisons car des milliers de Gapençaises et de Gapençais n’ont pas pu aller voter alors qu’ils le souhaitaient. « 

On peut toujours s’interroger sur le fait d’accepter de jouer à un jeu dont on sait que les dés sont pipés pour ensuite se défausser mais on peut aussi y voir une posture d’opposition combative qui annonce la couleur.

Le vote a bien eu lieu et c’est la benjamine de l’autre opposition du groupe Gap autrement, Marie-José Allemand, qui a fait assesseure à la place du jeune Christophe Pierrel. Celle-ci a prise également la parole pour exprimer tout son attachement aux règles républicaines en félicitant Roger Didier et se positionnant comme une opposition constructive. On peut également s’interroger sur les règles et l’esprit des règles et, paradoxalement, la petite sortie d’Ambitions pour Gap est cohérente avec la revendication démocratique de leur campagne.

Pour ce qui est du vote… Il n’y avait qu’un seul candidat. 36 voix exprimées, 34 pour et deux abstentions, le vote étant à bulletin secret, nous ne saurons pas qui sont les deux contestataires. On peut supputer mais ce n’est pas notre genre.

C’est le doyen, Michel Billaud, du groupe Gap autrement, qui a fait office de maître de cérémonie ou de GO avec un peu d’humour et quelques petites blagues biens senties mais l’ambiance n’y était pas. Il s’est tout de même fendu d’un « onction populaire » à propos du scrutin.

Dans la même veine, l’élu a fait un très court discours où il a parlé d’amour, Celui dont devraient faire preuve les élus pour leurs concitoyens… C’était beau, j’en ai encore la larmichette aux œils (sic). Bon, je vous avoue qu’avec les masques, l’émotion ne passe pas très bien mais Roger Didier est un excellent acteur. C’est Rolande Lesbros qui a été élue mairesse déléguée de Romette.

Il y eut, tout de même, un vrai moment d’émotion avec l’hommage rendu aux premiers de corvées du confinement et les applaudissements proposés par le nouveau maire.

Voilà donc la liste du Conseil municipal tel qu’il a été désigné:

Maire: Roger Didier

Adjoints:

Maryvonne Grenier, Daniel Galland, Martine Bouchardy, Jean-Pierre Martin, Catherine Asso, Vincent Médili, Françoise Dusserre, Olivier Pauchon, Pascale Rougon, Gil Silvestri, Françoise Bernerd, Pierre Phillip.

L’avis de la rédaction:

Les temps qui viennent vont être très durs et il va falloir faire preuve de courage politique pour les affronter. Le courage n’étant pas de réduire la voilure sociale, écologique et économique mais au contraire de l’élargir et de faire preuve d’audace dans les subventions, les investissements et les aménagements. Il va falloir en finir avec l’austérité des comptes à l’équilibre et oser la dette parce que la rigueur est le contraire d’une politique de « bon père de famille » (quelle vilaine expression !)… C’est remettre à plus tard et plus cher, sur les futures générations, le coût de l’inaction.

On ne s’attend pas avec l’équipe en place à une révolution démocratique (mais on peut toujours être surpris) surtout avec une opposition aussi faible et divisée. Jusque là, le maire a plutôt été sur une voie conservatrice mais comme c’est son dernier mandat, on peut espérer qu’il ait à cœur d’avoir un boulevard à son nom plus qu’à son prénom.

Alors M le Maire… Nous vous posons la question… Le Boulevard Roger Didier ne serait-il pas plus beau avec des allées arborées, des pistes cyclables, des transports propres, des trottoirs pour les promenades où les enfants à poussette n’avaleraient pas les particules fines en lieu et place du pollen ?

Imaginez, M le Maire, qu’on se souvienne de vous comme étant celui qui a fait de Gap la Capitale verte ;-). Une Capitale où il ferait bon vivre qu’on soit riche ou pauvre. Qu’on soit né ici ou ailleurs… Nous vous appellerions Roger le pacificateur pas l’éradicateur. Roger l’écomaire qui a sut dans son dernier mandat se transformer pour faire de la ville une oasis d’accueil. Roger la sagesse qui pour son ultime tour de piste à mis des étoiles dans les yeux des futures générations gapençaises. Entre nous M le Maire… C’est mieux que Roger le bétonneur, Roger le fils la rigueur ou encore Roger le pinailleur, le pollueur… Non? Nous, ça ne nous dérangera pas de dire du bien de vous si vous faites du bien à nous… à nous tous ! Pas seulement aux amateurs de vroum-vroum.

Pour ce qui est de l’opposition, elle se résume au groupe d’Ambitions pour Gap et nous verrons si l’ambition démocratique résiste au temps. Elle pourrait devenir une alternative crédible pour l’après Roger Didier si l’ambitieux Christophe Pierrel laisse suffisamment de place à ses colistiers. Gap autrement fera office d’opposition relative plus républicaine que démocrate… Une sorte d’opposition de « l’ancien monde ». La gauche sociale, de combat, ayant refusé d’entrer dans la bataille, devra exister autrement par des actions citoyennes directes et se reconstruire ou disparaître des possibles alternatives pour longtemps en restant purement contestataire.

Gap regorge d’initiatives, d’associations, de dynamisme dans la population et c’est son principal atout. La crise sanitaire à montré également que les gapençais, dans leur ensemble, n’ont besoin ni d’injonctions, ni de laisses, pour savoir ce qu’ils ont à faire. Au fond… La Capitale douce est politiquement faible mais populairement forte. Son seul défaut est le fonctionnement en réseaux fermés qui reste un problème irrésolu. C’est peut-être là que les dirigeants politiques ont un rôle à jouer pour permettre à toute ces dynamiques de créer des liens, trouver, inventer des voies de communication pour que tous travaillent ensemble. Est-ce la douceur du climat, la situation géographique… ? La capitale douce a quelque chose de libertaire tranquille en elle qui peut se passer d’un Napoléon, même enclin à l’amour… .

Leo Artaud

NDLR: Bravo à celui qui a fait des marquages au sol… que peu ont respecté.

à Gap, il y a plein de belles choses… Visitez notre galerie: https://lanouvellecommune.fr/2020/05/22/la-nouvelle-galerie/

Print Friendly, PDF & Email

Catégories :Vie municipale