L'édito

Le diable ne se cache plus…

Ni dans les détails, ni ne parcourt les pavés de bonnes intentions. Il apparaît « vertu » d’émotions à fleur de larmes, fil de lames et nous enjoint à nous unir dans un immense haut de cœur humain et gare aux resquilleurs. Il a compris que la clé se trouve dans notre manque identitaire et joue à fond la carte de l’espèce menacée, elle qui, encore hier, était si menaçante et prompte à s’autodétruire et après elle, le déluge. Le diable est malin, c’est bien connu.

La grande peur confine moins nos corps que nos âmes et « la distanciation sociale » est la grande trouvaille de ce jeune siècle. Tout est social… Les réseaux qui nous masquent plus qu’ils nous montrent, la raison du capital, la précarisation et aujourd’hui, la distanciation. Qu’il est fort ce diable jusqu’à nous faire porter le poids de notre indigence en se faisant chariot. Nous voilà endiablés derrière nos judas !

A l’instar du sars-cov-2, sans hôte pas de diablerie possible… C’est un virus comme un autre. Les spécialistes ne sont pas tous d’accord sur les gestes barrières à adopter ou les traitements à prescrire. Certains tiennent pour sûr qu’un lavement à l’eau bénite suffirait, d’autres pensent que ce n’est pas prouvé et qu’il faudrait tester plusieurs exorcismes et se réunir en conclave pour que le malin n’ouït pas et d’autres disent, sans rire, qu’il suffirait qu’il fasse son oeuvre et que tous infectés nous serions enfin immunisés… en lui laissant quelques âmes à damner tout de même.

Passons sur les complotistes qui suggèrent que le diable serait une création des dieux pour nous soumettre à la tentation… c’est le fameux complot judéo-islamo-christino-coco-maçonnique qui fait sens à l’inexistence et qui, sous prétexte qu’il s’agit là de religion, toutes ces églises seraient forcément toutes complices de ce plan diabolique. Nous soumettre à quoi, franchement?

Plus sérieusement, la génétique nous apprend qu’il y a quelque chose en nous de virus… de là à en conclure qu’il y a en nous quelque chose de diable, le raccourci n’est pas loin.

Leo Artaud

Print Friendly, PDF & Email

Catégories :L'édito