L'édito

La liste Abstention pour Gap: élue au premier tour !

Les jeux sont faits et rien ne va plus vraiment: avec une abstention record, la capitale douce s’offre une majorité au rabais et il n’y aura pas de second tour. Bien entendu, la crise du coronavirus (Covid-19) a eu un impact sérieux sur la participation et la tenue de la campagne mais elle n’explique pas tout au regard des taux de participation dans d’autres communes du département.

La file d’attente de l’abstention (Photo Pascale Escallier)

Sous réserve de décisions ou corrections du juge de l’élection ou de recours éventuels, les résultats sont:

Sur les 29000 inscrits dans la commune, 10317 électeurs se sont déplacés aux urnes et l’abstention réalise un score sans appel de 64,42% (contre 42,19 en 2014); Le vote blanc: 0,50% et les votes nuls: 0,52%

Roger Didier emporte la majorité des voix exprimées avec 54,18% des suffrages (18,72% du corps électoral). il obtient 34 sièges au conseil municipal et 23 au conseil communautaire (Roger Didier, Maryvonne Grenier, Olivier Pauchon, Rolande Lesbros, Jérôme Mazet, Pascale Rougon, Jean-Louis Brochier, Catherine Asso, Cédryc Auguste, Solène Forest, Daniel Galland, Zoubida Eyraud-Yaagoub, Jean-Pierre Martin, Martine Bouchardy, Vincenzino Médili, Françoise Dusserre, Claude Boutron, Ginette Mostachi, Pierre Philip, Chantal Rapin, Joël Reynier, Françoise Bernerd, Richard Gaziguian)

Ambitions pour gap conduite par Charlotte Kuentz réalise un score de 32,74% (11,31% du corps électoral). Elle obtient 7 sièges au Conseil municipal et 5 au Conseil communautaire (Charlotte Kuentz, Christophe Pierrel, Isabelle David, Thierry Reslinger, Delphine Defrade)

Gap autrement conduite par Marie-José Allemand réalise un score de 13,07% (4,51% du corps électoral). Elle obtient 2 sièges au Conseil municipal et 1 au Conseil communautaire (Marie-José Allemand)

Les mesures sanitaires ont été respectées et des solutions de gel hydroalcoolique étaient disponibles pour les votants comme pour les volontaires pour le dépouillement. Nous n’avons pas, à l’heure où nous publions, connaissance d’incidents particulièrement notables sur les différents bureaux de vote.

(Photo: Pascale Escallier)

Une drôle d’ambiance:

Cette campagne aura été marquée par une ambiance délétère et un faible niveaux de débat. Les deux listes opposées n’ont pas réussi, malgré une ligne politique comparable, a trouver une voie d’union. Le maire sortant n’aura eu qu’à ne pas faire campagne et copier-coller certaines mesures des deux autres dans son programme pour l’emporter. Affiches des concurrents arrachées, tags sur la devanture d’Ambitions pour Gap, la dernière semaine a offert un spectacle peu réjouissant pour la démocratie locale. Le covid-19 au-dessus des esprits a, sans aucun doute, permis à certains électeurs de ne pas entrer dans cette bataille d’égos. Le non engagement des forces politiques sociales (FI, Ensemble, PCF et NPA principalement) n’aura pas aidé à améliorer les choses. « Roger va gagner, ce n’est pas la peine de combattre » fut même l’argument utilisé par certains responsables de cette gauche de combat. On a la démocratie qu’on mérite et il est probablement urgent de repenser la politique locale gapençaise en profondeur pour sortir un jour du conservatisme et des « coups joués d’avance ». Gap a des atouts et des capacités citoyennes énormes et il est dommage que le champ politique l’a joue aussi « petits bras ».

Un dépouillement dépouillé:

Dimanche soir le dépouillement s’est déroulé dans un climat austère et nul n’était à la fête. Dans la journée, beaucoup de rumeurs circulaient sur la possible annulation du scrutin par le gouvernement. Au CMCL, la police municipale veillait pour limiter les entrées dans la salle à moins de cent personnes… Mais elle n’a pas eu vraiment de travail.

Ambiance austère lors du dépouillement au CMCL à Gap (Photo Leo Artaud)

Les réactions:

Roger Didier a exprimé sa satisfaction d’être réélu et sa liste a communiqué via son compte facebook: « Nous remercions les 10317 Gapençaises et Gapençais qui se sont rendus aux urnes ce dimanche malgré les circonstances particulières de ce scrutin, et tout particulièrement les 5429 électeurs qui nous ont renouvelé leur confiance. » Il annonce, également qu’il prendra des mesures sanitaires pour protéger les personnels de la mairie dés lundi… C’est la moindre des choses, dirons-nous et pourvu qu’il ne s’arrête pas aux mesures sanitaires sur ce point précis de la qualité managériale des employés…

Ambitions pour Gap: Dans un communiqué, la liste de Charlote Kuentz félicite le gagnant: « Nous prenons acte des résultats du premier tour des élections municipales à Gap et de la victoire du maire sortant, seul candidat de droite, reconduit dès le 1er tour. Nous lui adressons nos félicitations républicaines » et regrette « le faible taux de participation qui a considérablement influencé le scrutin. La situation actuelle est singulière et nous devons nous y adapter. »

En terme opposition, APG se veut constructive et tournée vers l’avenir: « Notre vision de Gap diffère profondément de celle du maire et nous porterons, dans l’opposition, cette vision nouvelle qui anticipe les grands défis de demain, tout en apportant des solutions aux difficultés du quotidien que rencontrent les Gapençais.es. Nous remercions chaleureusement toutes celles et ceux qui se mobilisent à nos côtés pour porter notre projet et nos idées. Vous nous donnez une force incroyable et nous comptons sur vous pour demain.« 

Pour Gap autrement, des colistiers ont exprimé leur forte déception d’un « résultat non mérité au vu des efforts fournis par l’équipe« . Un communiqué est en ligne sur leur page Facebook: « Au lendemain de ces élections, nous regrettons le contexte de ce scrutin, qui aurait dû être reporté et ne pas se tenir au milieu d’une crise sanitaire extrêmement grave. Ce contexte a altéré le déroulement serein du beau temps démocratique que sont les élections municipales.Nous regrettons l’absence de campagne au niveau local, qui n’a pas permis la mobilisation de la jeunesse, des classes populaires et qui n’a pas permis le débat d’idées (…) Nous tenons à remercier les électrices et les électeurs qui ont fait le choix de nous soutenir et nous voulions saluer celles et ceux qui se sont mobilisés pour tenir les bureaux de vote hier« .

Des projets ambitieux

Si les débats et la campagne n’ont pas été à la hauteur des enjeux, en revanche les projets des uns et des autres ont ouvert des voies intéressantes et prometteuses sur le devenir possible de la ville. Bus de services publics, adapter les mobiliers de la ville à hauteur des enfants, création d’un parc ornithologique, politique de prévention… Les questions environnementales ont aussi été centrales et c’est une bonne nouvelle. Avec un si faible taux de participation, on ne peut pas certifier que tel ou tel sujet à décidé l’électeur lambda et il serait souhaitable que la nouvelle ancienne majorité travaille en co-construction avec l’opposition sur certains projets au nom de l’intérêt général.

Des pratiques démocratiques inégales

Ensemble pour Gap et Gap autrement nous ont offert une pratique de campagne traditionnelle même si la liste conduite par Marie-José Allemand était moins fermée que celle du maire sortant. Ambitions pour Gap a été plus innovante et ouverte en la matière. Nous avons senti une volonté de changer les pratiques et une réussite collective peu évidente au départ mais plus structurée en fin de campagne. La liste conduite par Charlotte Kuentz et (très) animée par Christophe Pierrel a sut laisser toute leur place à chacun des membres et à été l’écoute des critiques extérieures en ajustant ses positions. Personne ne peut prédire ce qui en adviendra, mais à l’instant T on se dit que c’est un début de mouvement qui peut marquer l’avenir politique et démocratique de Gap.

Les exclus

En 8 mois, le PCF 05 aura publié quatre communiqués pour appeler au rassemblement des deux listes sans toutefois aller plus loin dans l’engagement et en s’éloignant des collectifs citoyens en construction. Les absents ont toujours tort et les résultats cumulés ne lui permettra pas d’affirmer qu’il avait absolument raison. Alors que le Parti de la Sociale va fêter les 100 ans du Congrès de Tours, il semble que la Fédération des Hautes-Alpes soit endormie et qu’un bon coup de pied dans la faucille lui ferait du bien. Il reste une force qui compte dans le champ politique populaire et un changement radical de stratégie et de positionnement, voire de direction(?), lui serait probablement salvateur.

Ensemble et la FI se sont engagés dans des actions et soutiennent activement le RIC communal proposé par des collectifs citoyens mais reporté pour cause de virus. Les deux mouvements politiques ont toutefois, également, botter en touche sur la municipale gapençaise et ont refusé de se positionner.

En conclusion:

Nous vivons une drôle de période et nul ne peut prétendre qu’il détient la force populaire entre ses urnes. Le devoir incombe à la majorité de nouveau en place à sortir du « tout Roger » pour entrer dans une collaboration de circonstance avec les collectifs citoyens, les associations et les forces d’opposition mais aussi d’être à l’écoute du mouvement social.

Leo Artaud

Print Friendly, PDF & Email