L'édito

COVID-19: L’état providence à la rescousse !

Analyse et décryptage de l’allocution du Président de la République du 12 mars 2020.

Les principales mesures concrètes annoncées:

-à partir de lundi, toutes les écoles, les collèges, les lycées… seront fermés afin de limiter la propagation du virus. Les plus jeunes semblent, selon les spécialistes, moins vulnérables sur l’aspect aigu de la maladie mais plus vecteurs de propagation. Un système de garde devra être proposé par les collectivités territoriales pour les personnels soignant.

-Après consultation des présidents des chambres parlementaires et des chefs de groupes politique, le premier tour des élections municipales est maintenu. Il appartient à chaque commune de mettre en place les mesures nécessaires pour que tous les citoyens, même les plus fragiles, puissent voter.

-La fin de la trêve hivernale pour les plus modestes, est repoussée jusqu’au 31 mai au lieu du 31 mars. Aucune expulsion ni coupure d’énergie ou d’eau n’est donc possible jusqu’à cette date.

-Le report des opérations et hospitalisations non urgentes (déjà effectif) est mis en place afin de libérer des places et du temps et d’éviter la saturation des services de santé d’urgence.

-Un système massif (non détaillé) de prise en charge du chômage partiel va être mis en place dés les jours prochains.

-Report à une date ultérieure (non précisée) de paiement des cotisations et impôts des entreprises qui le souhaitent sans conditions.

Les recommandations:

Respecter les consignes sanitaires quotidiennes: se laver les mains régulièrement avec du savon ou une solution hydroalcoolique, ne plus faire la bise ou serrer les mains pour se saluer et maintenir une distance d’1 mètre pour les contacts habituels.

Évitez au maximum les visites aux aînés en dehors des obligations et préférez des modes de communication comme le téléphone, les lettres…

Prendre soin des uns et des autres (proches, voisins, amis…) et proposer des services de garde d’enfant quand c’est possible, notamment pour les soignants.

Les préconisations:

Le Président de la République en appelle à ne pas se laisser tenter par le repli nationaliste et préconise des actions aux frontières à l’échelle européenne ou des territoires spécifiques plutôt que nationales. « Sortir du JE pour aller vers le NOUS… » Préférer les solutions solidaires aux réflexes solitaires.

Il salue la mobilisation des personnels soignant, notamment des jeunes étudiants en médecine comme des retraités qui viennent renforcer les équipes en place.

Emmanuel Macron a insisté sur la nécessité de s’en remettre aux avis scientifiques reconnus et aux spécialistes des maladies virales qui sont au travail et cherchent des solutions de traitement ou de vaccin qui devraient être disponibles, selon ses dires, dans les mois prochains. Des protocoles sont déjà en test dans plusieurs centres de recherche notamment à Marseille, Bordeaux et Paris. Tous les scientifiques sont mobilisés.

Il annonce que des décisions seront prises sur la sancturisation de certains secteurs de la vie publique qui ne doivent pas être soumis au marché et vante les mérites de l’état providence.

L’avis de la rédaction:

L’intervention du Président de la République est marquée par une certaine gravité dans le ton mais une modération dans les actions. Il semble hésitant sur les mesures drastiques et « en même temps » ferme les écoles et maintient les élections en invitant les plus fragiles à y participer… Nous noterons qu’il découvre les vertus du modèle social à la française et va jusqu’à saluer l’état providence.

Cet pandémie, en effet, remet en cause la casse sociale de sa politique notamment du secteur hospitalier et éducatif mais pas que… L’effondrement des marchés montre à quel point il est essentiel de garder un système social indépendant des bourses et fragilise la philosophie de sa réforme des retraites. La mise en difficulté des petites entreprises, du monde du spectacle et des secteurs touristiques viennent lui rappeler, également, qu’il est indispensable de reporter et revoir sa copie en profondeur sur la réforme de l’assurance chômage.

Il est dans son rôle d’en appeler à la solidarité et à la cohésion sociale des forces vives de la nation… Il est enfin dans son rôle, dirons-nous. Cependant, nous restons vigilants quant à cette prise de conscience nous rappelant Platon: « La perversion de la cité commence avec la fraude des mots » parce qu' »en même temps » Emmanuel Macron, son clan et son gouvernement nous ont habitués à pétrir la langue de Molière pour mieux nous faire avaler des couleuvres qui sont, en fait, des vipères.

Il faut, malgré tout, en période de crise sanitaire ne pas rajouter de la peur à l’anxiété et de la psychose à la réalité des choses. De ce côté-ci, le Président fait montre de prudence et tient un discours raisonnable sur la situation globale et il semble tenir la barre… Dans une tempête, le cap n’est jamais sûr et il n’en rajoute pas.

Chaque événement de ce genre permet, également, d’améliorer les systèmes d’alerte des veilles sanitaires. Rien n’est exactement parfait mais chaque pas compte et tous avons intérêt à ce que des protocoles se mettent en place et s’ajustent au mieux. Si le Covid-19 n’est pas le virus tueur de l’humanité, sa capacité de propagation est un bon test de nos organisations sociales pour le jour où un bien plus méchant viendra. Il est donc urgent de faire de la sécurité sociale (au sens large) le fondement premier de notre société.

Leo Artaud

Print Friendly, PDF & Email

Catégories :L'édito, Santé

2 réponses »